La vitesse d’obturation

La vitesse d’obturation

La vitesse d’obturation aussi appeler temps de pose et une des trois choses à maîtriser pour maîtriser complètement son appareil photo.

Qu’est ce que c’est ?

 

À savoir qu’après un diaphragme (article sur l’ouverture) se trouve un obturateur qu’on appelle aussi rideau même si ce dernier a tendance avec l’évolution des boitiers à en avoir plus le nom que l’aspect.
C’est lui qui suivant la quantité de lumière qu’on lui donne (grâce au diaph) imprime plus ou moins longtemps (donc dans le temps) la lumière sur votre capteur (ou film).

Il est bien sûr réglable et en plus d’intervenir, lui aussi sur une quantité de lumière, bien réglé il nous évite les flous de bougé. Cette partie intervient donc sur la vitesse, il laisse passé un certain temps donné la lumière, plus ou moins rapidement.

Le flou de bouger c’est généralement un flou non désirer, sauf si vous chercher à faire des clichés un peu plus artistiques ou à donner un effet de mouvement. La vitesse d’obturation va donc intervenir sur le contrôle des flous et des images complètement fixe !

Un flou peut être produit par le mouvement que vous faites en prenant un cliché ou si votre sujet est en mouvement, c’est souvent, car le temps de pose était un peu trop long et rester complètement immobile sans pied photo c’est plutôt impossible, pour l’appareil photo pas pour le modèle ça se fait plus depuis 1840 d’attaché un modèle. Parcque pour la petite minute histoire, au début de la photographie, le matériel n’était pas le même  et le temps d’exposition pour une photo était souvent très long.

Donc (en studio) en plus du fait que l’appareil photo soit sur un pied photo, pour du portrait, le modèle était maintenu par une tige en métal le long de son dos et du coup souvent plus de 30 minutes.

On passe à la partie théorique !

 

Noté sur votre boitier par des chiffres du style: 0″3, 1/60 ou encore 1/1250.

On parle ici en seconde :
-1/10 = un dixième de seconde
-1/60 = un soixantième de seconde
-1/1250 = un mille deux cent cinquantième de seconde

 

Donc plus le chiffre après le 1/ est élevé plus le temps de pose est cours dans cette notation.

Car le “/” est parfois supprimé et vous pouvez croiser un ”
Ce qui donne :

0″5 = une demi seconde
1″ = une seconde
1″5 = une seconde et demi

Pour commencer à éviter les flous de bougé, 1/60émé a toujours été pour moi une limite quand je manque de lumière avec un objectif 50mm.

À savoir que  plus l’objectif est long (ex: 200-300mm) plus l’exercice est compliqué, donc plus le temps de pose devra être encore réduit 1/300émé.

Vous pouvez utiliser une technique simple pour vos débuts. Garder toujours un temps de pose supérieur à la focale de votre objectif.

Ex : objectif de 150mm = au moins 1/150eme de seconde

 

Comment on l’utilise ?

 On peut utiliser le temps de pose comme on veut et vous comprendrez qu’en photographie aussi les règles sont faites pour être transgressées.

Pour faire un paysage urbain de nuit ?

Pour faire un paysage de nuit votre plus gros problème sera le manque de lumière.

Pour commencer, munissez-vous de votre pied photo préféré et d’un peu de patience. Comme je vous le disais plus haut, si vous voulez  retrouver de la netteté sur vos photos, un pied photo est utile sur un long temps de pose.

Sur cet exemple, un long temps de pose sur un paysage urbain a permis d’imprimer les phares d’une voiture en mouvement.

On peut l’utiliser en temps de pose long, 10 secondes par exemple.
Vous aurez donc 10 secondes d’entrée de lumières sur votre boitier. Le soucis c’est qu’avec un temps de pose comme celui-ci vous allez faire entrer beaucoup de lumière, pensez donc à compensser avec le diaphragme et la sensibilité ISO.
Si votre sujet bouge, cela va créer un flou de bougé.
Ça peut être intéressant si vous voulez donner du mouvement à votre photo.

Un peu comme les photos de paysage urbain de nuit que vous avez déjà dû croiser.

En 10 secondes d’ouverture, les phares des voitures sont venus s’imprimer en “trainée”.

Comme le sujet est en mouvement et que vous continuez à exposer, les objets les plus lumineux.

 

Ici une photo avec un long temps de pose (12 secondes)

 

A contrario, vous avez envie de figer une goutte d’eau, utiliser le temps de pose le plus cours possible, 1/1000émé par exemple.

Ce qui donnera des photos “figé”.

 

Ici une photo à 1/1000émé

A retenir :
Pour faire une photo en mouvement = long temps de pose (10sec)
Pour faire une photo figée = cours temps de pose (1/1250émé)

Commencé à apprendre la photo avec la série des trois articles :

Ouverture et diaphragme, la vitesse d’obturation et la sensibilité ISO.

Pour vous aider à devenir un pro de la photographie, une page référence les articles du blog photo.

 

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas, partagez-le.

Written by in

No Comment

Please Post Your Comments & Reviews

Your email address will not be published. Required fields are marked *